Recombinase

Les recombinases jouent un rôle central dans la recombinaison homologue chez un large éventail d’organismes. De telles recombinases ont été décrites chez des archées, des bactéries, des eucaryotes et des virus.

ArchaeaEdit

La recombinase archaeon Sulfolobus solfataricus RadA catalyse l’appariement de l’ADN et l’échange de brins, étapes centrales de la réparation recombinationnelle. La recombinase RadA présente une plus grande similitude avec la recombinase eucaryote Rad51 qu’avec la recombinase bactérienne RecA.

BactérieSdit

La RecA recombinase semble être universellement présente chez les bactéries. RecA a de multiples fonctions, toutes liées à la réparation de l’ADN. RecA joue un rôle central dans la réparation des fourches de réplication bloquées par des dommages à l’ADN et dans le processus sexuel bactérien de transformation génétique naturelle.

EucaryotesEdit

L’eucaryote Rad51 et les membres de sa famille apparentés sont homologues des recombinases archéales RadA et bactériennes. Rad51 est très conservé de la levure à l’homme. Il a une fonction clé dans la réparation recombinationnelle des dommages à l’ADN, en particulier les dommages à double brin tels que les ruptures à double brin. Chez l’homme, la surexpression ou la sous-expression de Rad51 survient dans une grande variété de cancers.

Au cours de la méiose, Rad51 interagit avec une autre recombinase, la Dmc1, pour former un filament présynaptique qui est un intermédiaire dans la recombinaison homologue. La fonction Dmc1 semble être limitée à la recombinaison méiotique. Comme Rad51, le Dmc1 est homologue au RecA bactérien.

Virusedit

Certains virus à ADN codent une recombinase qui facilite la recombinaison homologue. Un exemple bien étudié est la recombinase UvsX codée par le bactériophage T4. UvsX est homologue au RecA bactérien. UvsX, comme RecA, peut faciliter l’assimilation de l’ADN linéaire simple brin dans un duplex d’ADN homologue pour produire une boucle D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.