Quandong du désert

Le quandong du désert (Santalum acuminatum), également connu sous le nom de pêche indigène, est un arbuste ou un petit arbre atteignant 4 m de haut à l’écorce sombre rugueuse et aux feuilles vert clair, légèrement coriaces. Il est originaire d’Australie aride et semi-aride et pousse en petits groupes. Les fleurs sont petites et verdâtres. Le fruit est vert, devenant rouge vif à maturité, parfois avec des touches de jaune. Cette plante est un parasite racinaire, nécessitant ce que les Aborigènes locaux appellent un arbre « frère » (ou hôte), du moins à ses jeunes stades. Présent dans le tiers sud-ouest de l’Australie centrale, il se trouve généralement dans les zones sablonneuses et herbeuses, souvent près des cours d’eau, des lacs salés ou des collines. Les fruits mûrissent généralement en septembre ou en octobre, selon les précipitations. Il n’est pas tolérant au feu et est fortement brouté, en particulier par les chameaux.

Le quandong est un aliment de base traditionnel des Aborigènes d’Australie centrale depuis plusieurs dizaines de milliers d’années. Le fruit charnu, bien que parfois un peu acidulé, a un goût agréable à maturité, semblable à un croisement entre les abricots, les pêches et la rhubarbe. Le fruit est très nutritif, ayant une teneur en vitamine C deux fois supérieure à celle d’une orange. Les fruits secs, récoltés sous l’arbre, se reconstituent facilement dans l’eau. Les fruits en excès peuvent être pilés et transformés en gâteaux à sécher et à conserver pour une utilisation ultérieure. Les fosses relativement grandes sont également très nutritives, ayant une teneur en protéines de 25% et en huile de 70%; cependant, il semblerait qu’il puisse y avoir un élément de toxicité pour la graine, et donc celles-ci ne sont consommées que dans des périodes extrêmement maigres. Les graines, lorsqu’elles sont broyées en pâte, sont considérées comme un médicament puissant, frottées dans le corps comme traitement des affections générales. Le quandong figure dans la mythologie aborigène et d’importantes « cérémonies d’augmentation » (pour augmenter la récolte de la saison) pour le fruit sont effectuées.

Le quandong du désert est une seule espèce sans sous-espèce ni variété. Certaines tentatives ont été faites pour produire des arbres avec des fruits plus gros, mais cela a été réalisé grâce à la sélection originale des arbres, à la sélection sélective et aux cultivars greffés. Une étude scientifique de 30 ans conclue en 1999 n’a pas débouché sur de grandes opportunités commerciales. Il y a eu un certain nombre de tentatives pour développer le quandong en tant qu’entreprise commerciale, mais il ne semble pas y avoir d’entreprise commerciale qui présente le fruit à la vente au grand public. Le Quandong pousse à l’état sauvage et est donc soumis aux menaces imposées par le stock, tant du bétail sur les très grandes stations de bétail qui existent dans la région que des chameaux sauvages, qui abondent dans cette région. Cependant, la plus grande menace provient de la destruction continue de la culture et des traditions autochtones. Le Quandong est intolérant au feu, un fait bien connu dans la culture autochtone, et leur pratique de « l’agriculture par bâton de feu » a donc aidé à la protection de l’espèce. De telles pratiques ont maintenant été largement abandonnées, mais ont été remplacées par une destruction aveugle par des incendies de forêt massifs. Une faible variabilité génétique dans de petits peuplements isolés peut entraîner une défaillance de la reproduction sexuelle si l’espèce est auto-incompatible

Retour aux archives >

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.