Pogonophora

Pogonophora (Vers à barbe)
Caractéristiques externes
Vers très longs et minces qui habitent un tube bien ajusté de leur propre sécrétion. La longueur varie de moins de 10 cm
à la Riftia pachyptila de 2 à 3 m de long. La plupart sont très minces, dont le diamètre varie de < 0,5 mm à 2,5 mm, mais Riftia
pachyptila mesure 4 cm de diamètre.
Le tube a un contour lisse, ou est constitué d’anneaux ou de morceaux en forme d’entonnoir, et peut présenter une alternance de bandes sombres et
claires. L’extrémité orale du tube est plus mince, moins opaque et peut supporter une dilatation en entonnoir. Zenkevitchiana
longissima mesure 35 cm de long, y compris les tentacules, et vit dans un tube de 1,5 m qui est dressé dans le suintement inférieur.
Le corps est divisé en un protosome, un mésosome et un métasome (tronc). La division protosme–mésosome
n’est souvent pas visible extérieurement, ce qui donne naissance à un protomésosome. Une constriction visible sépare le mésosome
du métasome, ce qui marque la position du septum mésosome-métasome musculaire.
Le protosome est composé du lobe céphalique antérieur, qui contient le ganglion nerveux central, et de 1
à 200 tentacules ou plus. Les tentacules portent une frange de pinnules latérales d’un côté ou des deux côtés et jaillissent de la base
du lobe céphalique en une seule spirale. Il n’y a pas de bouche, d’anus ou de tube digestif.
Sur le mésosome se trouve une région appelée ceinture ou bride, qui possède une paire de crêtes de cuticule épaissie,
qui peuvent fusionner ventralement. On pense que ceux-ci retiennent le ver dans son tube lorsqu’il dépasse. Les ceintures sont formées de
2 ceintures adjacentes et peuvent porter des plaquettes durcies portant des denticules. Cette ceinture divise le ver en
régions préannulaires et postannulaires.
Un sillon midventral commence derrière le septum mésosome-métasome à mi-chemin le long de la région préannulaire.
Les bords de cette rainure portent des papilles glandulaires bien visibles, qui peuvent être recouvertes de plaquettes durcies. On pense
que ces glandes peuvent produire la sécrétion du tube ou une sécrétion adhésive. Il existe également une bande ciliée longitudinale dorsale préannulaire
. Les papilles postannulaires peuvent être présentes, groupées irrégulièrement ou en rangées ventrales
, donnant l’apparence d’une segmentation (pseudosegmentation).
Paroi corporelle
L’épiderme glandulaire est plus ou moins colonnaire et recouvert d’une cuticule. Sous cela, il y a une fine couche de muscle circulaire
, suivie d’une couche plus épaisse de muscle longitudinal, qui est particulièrement épaisse dans le mésosome.
Il peut y avoir 2 faisceaux longitudinaux dans le protosome antérieur qui contribuent aux muscles des tentacules.
Les tentacules creux contiennent une muqueuse interne du péritoine, enfermant le cœlome qui abrite (généralement deux) sinus sanguins
. Un nerf tentaculaire se produit à l’extérieur du cœlome et il y a 2 bandes musculaires dans chaque tentacule. Les pinnules
sont de longues extensions minces de cellules épidermiques. Les deux cellules épidermiques adjacentes sont ciliées, donnant naissance
à deux voies ciliées longitudinales.
Système nerveux
Il existe un système nerveux intraépidermique. Le cerveau (en forme d’anneau?) dans le lobe céphalique, on pense qu’il projette un nerf médian postérieur
sous la bande ciliée middorsale. Le cerveau dégage également des nerfs tentaculaires.
Il y a un anneau nerveux diffus dans le septum mésosome-métasome.
Coelome
Le coelome énétérocoeleux n’a pas de muqueuse péritonéale définie. Le protosome contient un seul protocoel, qui
est relié à l’extérieur par une paire de coelomoductes. Ces coelomoductes peuvent représenter des néphridies,
bien qu’ils n’aient pas de néphrostome. Le protocoèle est divisé par des bandes musculaires dorsolatérales et donne naissance aux cœlomes des tentacules
. Les cœlomes mésosomiques appariés manquent de cœlomoductes. Les coelomes de métasomes appariés se connectent à
l’extérieur via des gonoducs.
Système circulatoire
Le système circulatoire est fermé et bien développé. Un vaisseau sanguin middorsal et un vaisseau sanguin midventral parcourent
la longueur du mésosome et du tronc. Il y a aussi 2 paires de vaisseaux latéraux dans le tronc. Le vaisseau ventral est
agrandi en un cœur dans le protosome. Le cœur dégage des branches antérieures dans les tentacules. Un vaisseau afférent et
un vaisseau efférent alimentent chaque tentacule. Ces deux vaisseaux donnent lieu à une boucle dans chaque pinnule. Les vaisseaux tentaculaires efférents
se connectent au vaisseau dorsal dans lequel le sang coule vers l’arrière. Le sang coule vers l’avant dans le vaisseau ventral
. Aucune cellule sanguine n’a été observée.
Nutrition
La nutrition de pogonophora est encore en cours d’étude, et est extrêmement peu conventionnelle pour un animal! Les vers
sont capables d’absorber le glucose, les acides aminés et les acides gras directement de leur environnement, bien que cela seul semble
insuffisant. Ce qui suit se concentre principalement sur Riftia pachyptila.

  • Aucun canal alimentaire n’est présent à aucun stade, à l’exception d’un intestin rudimentaire dans la larve, bien que le trophosome
    d’espèces comme Riftia pachyptila semble provenir de l’intestin moyen, après que le reste de l’intestin
    dégénère
  • Aucun processus d’alimentation actif connu
  • Aucune enzyme extracorporelle connue

  • Supposé se nourrir par:

( i) absorption de composés organiques dissous
(ii) pinocytose?
(iii) bactéries symbiotiques

  • Acides aminés, glucose, acides gras – extraits de l’eau et concentrés dans le sang.
  • Des tentacules bien vascularisés peuvent améliorer l’absorption
  • Protéines et ferritine également absorbées, pinocytose? – cuticule corporelle?
  • Les parois des tubes contiennent de la chitine (= bêta-chitine de diatomées) et sont connues pour être perméables au moins à l’eau, au NaCl, au saccharose
    et à la phénylalanine.
  • Le tissu trophosomique est situé dans le tronc et peut en remplir la majeure partie. Ce tissu a un bon apport sanguin
    et se compose en grande partie de bactériocytes, cellule contenant des bactéries symbiotiques chimioautotrophes à Gram négatif
    – celles–ci oxydent le sulfure d’hydrogène (avec de l’oxygène ou du nitrate) et utilisent l’énergie pour produire des composés de carbone organique
    . Le panache de tentacules absorbe l’oxygène, le dioxyde de carbone et le sulfure d’hydrogène de l’eau de mer environnante
    , qui se lient aux molécules porteuses du sang qui les transportent vers le trophosome
    où la réaction biochimique fixe le carbone – le convertissant du dioxyde de carbone en molécules organiques
    qui servent de combustibles et de blocs de construction..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.