Menu

Ce poisson-main orné de rouge utilise ses membres pour « marcher » le long du fond marin
Par le PERSONNEL d’AG * 17 octobre 2014 * Temps de lecture: 2 Minutes * Imprimer cette page

Partage

Taille du texte

Balises de publication en dangerespèces abandonnéespêche à la mainpêche à la marinepoisson à la main

Poisson-main rouge (Thymichthys politus) Crédit d’image: © Phil Malin

Statut UICN
Non inscrit

STATUT DE CONSERVATION AUSTRALIEN (EPBC Act)
En danger critique d’extinction

AIRE DE RÉPARTITION
Eaux côtières au large de l’est de la Tasmanie

NOM COMMUN
Poisson-main rouge

HABITAT
Le long de la jonction récif-sable, zones sablonneuses autour et au-dessus des rochers

CLASSIFICATION
Royaume Animalia
Phylum Chordata
Classe Actinopterygii
Ordre Lophiiformes
Famille Brachionichthyidae
Genre Thymichthys
Espèces: politus

C’EST UN poisson qui sera toujours pris en flagrant délit. Ok, mauvais jeu de mots, mais c’est un poisson intéressant. Endémique de la côte est de la Tasmanie, le poisson-main rouge est ainsi nommé en raison de son utilisation apparente de ses nageoires comme mains, même en utilisant un type de mouvement de marche sur le fond marin.

C’est un poisson benthique, préférant traîner autour des fonds sableux et rocheux du fond marin. Ils ont été observés en train de manger de petits crustacés et des vers.

Il existe deux variétés de couleurs – l’une avec des ornements rouges (vus sur l’image ci-dessus) et l’autre un rouge droit partout. Il pousse d’environ 6 cm à environ 13,5 cm de long.

Le poisson-main rouge a été découvert pour la première fois dans les années 1800 autour de Port Arthur. Dans les années 1980, une petite population a été trouvée sur les îles Actaeon, au sud de Hobart, et la plus grande population à ce jour a été trouvée sur un récif au large des sables d’Onagre autour de Hobart (10 individus) dans les années 1990. Cependant, lors d’une enquête en 2005, aucun poisson-main n’a été trouvé dans ces zones.

Ils peuvent être accrochés, car en 2010, trois individus ont été trouvés dans le site de Primrose Sands. Bien que l’espèce n’ait pas fait l’objet d’un relevé complet et systématique de ses effectifs, il semble que les populations soient peu nombreuses et qu’il n’y ait probablement pas plus de 1000 individus dans la nature, et probablement seulement des centaines.

Le poisson-main rouge était connu sous le nom de Brachionichthys politus, mais en 2009, il a été reclassifié sous le nom de Thymichthys politus.

Publicité

Les menaces pesant sur les poissons rouges comprennent le braconnage pour être utilisés comme animaux de compagnie. Son faible taux de reproduction et son faible taux de dispersion constituent un défi pour la survie de l’espèce. La fragmentation des populations est également un défi pour le succès de la reproduction.

Un plan de rétablissement de l’espèce est en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.