Anciens Premiers ministres

Né le 12 octobre 1866, James Ramsay MacDonald fut le premier Premier ministre travailliste et était issu d’une famille ouvrière. Il a grandi à Lossiemouth, en Écosse.

Il a travaillé comme enseignant à l’école locale qu’il fréquentait et, à 18 ans, il a déménagé à Bristol en tant qu’assistant de pasteur, où il a rejoint la Fédération sociale-démocrate.

MacDonald est employé comme assistant du candidat libéral à Londres pendant 3 ans et rejoint le Parti travailliste indépendant en 1893. Il se présenta sans succès comme candidat parlementaire en 1895, tout en travaillant comme journaliste. Pourtant, avec les encouragements de sa nouvelle épouse Margaret, il gravit les échelons du parti.

Élu pour Leicester en 1906, il s’est forgé une réputation de penseur distingué. En 1911, il devient président du groupe parlementaire du Travail.

À mesure que le Parti travailliste se développait, cependant, il fut critiqué comme étant trop modéré. Son opposition à la Grande Guerre le rendit encore plus impopulaire, et il fut impitoyablement attaqué par la presse. Il perd son siège en 1918, mais revient plus tard pour représenter une circonscription minière galloise.

De retour au Parlement, il devient chef du parti et donc Chef de l’Opposition. En 1924, George V lui demanda de former un gouvernement lorsque la faible majorité conservatrice de Stanley Baldwin se révéla ingouvernable.

Dans le tout premier gouvernement travailliste, la survie de la petite majorité de MacDonald aux communes dépendait de la bonne volonté des partis d’opposition. Cette situation difficile l’a poussé à déclencher des élections.

Pendant la campagne, un journal a publié la fameuse « lettre de Zinoviev ». Bien que plus tard, la lettre ait été considérée comme une fraude, elle a ruiné les références anticommunistes de MacDonald. Son gouvernement travailliste est alors lourdement battu aux élections.

En 1927, il a eu une mystérieuse infection de la gorge et a failli mourir lors d’une visite aux États-Unis. Il a passé un mois en convalescence dans un hôpital de Philadelphie.

Dans son deuxième gouvernement minoritaire en 1929, MacDonald crée un précédent historique en nommant Margaret Bondfield première femme ministre. Les crises économiques, notamment le doublement du taux de chômage, le persuadent d’inclure également les dirigeants de l’opposition dans un gouvernement national multipartite. Cependant, cette étape lui a fait perdre le soutien de son propre parti et il a démissionné en 1935.

La coalition fut considérée par de nombreux membres du parti comme une trahison cynique de leurs espoirs et MacDonald perdit par la suite son siège. Il se bat ensuite pour revenir au Parlement, remportant une élection partielle 2 ans avant sa mort sur le chemin de l’Amérique du Sud en 1937.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.